Blog

RSS feed

Diversity
Work attitudes

Soutenir les employés qui ont un trouble de l’humeur

Posted on 07/13/2021

On parle beaucoup des impacts dévastateurs sur la santé mentale des québécois causés par les diverses mesures pour contrôler la pandémie. Bien après qu’on aura appris à contrôler le virus, plusieurs devront vivre avec les séquelles psychologiques de cette épreuve. Plusieurs employeurs, qui devaient déjà composer avec des coûts importants associés à l’absentéisme au travail pour des problèmes psychologiques, cherchent aujourd’hui des moyens pour favoriser la santé mentale de leurs employés. On voit par exemple apparaître de nouveaux postes dédiés à la promotion de la santé mentale, ce qu’on voyait rarement auparavant. Follmer et Follmer, de l’Université de Virginie Occidentale, ont publié un article dans Organizational Behavior and Human Decision Processes qui montre toutefois qu’on peut tous avoir un rôle à jouer pour aider les employés qui ont des troubles de l’humeur.

À travers des groupes de soutien, ils ont recruté 766 participants qui avaient obtenu un diagnostic de dépression ou de trouble bipolaire aux États-Unis et qui travaillaient au moins 20 heures par semaine. Les chercheurs ont trouvé que les participants qui étaient victimes d’incivilité, de commentaires sociaux désobligeants ou d’ostracisme avaient davantage d’idées suicidaires. Cet effet était encore plus présent pour les 48% des employés qui ne recevaient pas de traitement pour leur problème.

Cette étude nous rappelle que la santé mentale ne peut être dissociée du climat de travail. Les comportements d’incivilité, les insultes ou l’ostracisme ne sont malheureusement pas rares, et il est très probable que les gens qui en sont la source n’ont pas comme but premier de faire souffrir les autres. Mais si nous voulons aider les gens qui ont des difficultés, nous avons besoin d’apprendre à davantage prendre soin les uns des autres. Les employeurs peuvent bien sûr faire leur part, notamment en outillant mieux les gestionnaires. Ce serait toutefois une erreur de penser que cela ne concerne qu’eux.

Comments