Blogue

Flux RSS

Diversité

La répartition des tâches dans le couple

Publié le 19 avril 2021

On a parlé à quelques reprises de l’importance, pour progresser vers l’égalité entre les hommes et les femmes au travail, de promouvoir aussi une égalité à la maison. Par exemple, cette recherche montrait une corrélation positive entre le nombre d’enfants et le succès professionnel pour les hommes mais négative pour les femmes, ce qui reflète bien que les responsabilités familiales n’ont pas le même impact pour les deux sexes. Or, la pandémie a constitué un terreau particulièrement fertile pour étudier comment un changement dans l’organisation familiale a pu impacter les hommes et les femmes. Vous souvenez-vous des conférences sur Zoom avec de jeunes parents pendant que les écoles étaient fermées? Pensez-vous que les femmes et les hommes les ont vécues de la même manière?

Shockley, Clark, Dodd et King ont publié un article dans Journal of Applied Psychology qui détaillait leur étude de 274 couples américains où les deux partenaires avaient un emploi à temps plein. Les participants ont répondu à des sondages en mars (au début du confinement) et deux mois plus tard. Les chercheuses ont trouvé sept stratégies différentes pour concilier le travail de chacun avec les obligations familiales, allant de la femme qui fait tout pendant que son conjoint continuait à se rendre au travail (22,2%) jusqu’à des stratégies égalitaires telles que l’alternance des journées entre deux télétravailleurs (14,4%) ou la planification de moments spécifiques où l’un s’occupe des enfants pendant que l’autre travaille (16,6%). Il faut se rappeler ici que les conditions de travail des parents avaient un impact important sur les choix, mais on peut quand même constater qu’aucun des couples n’a adopté une stratégie ou l’homme était le seul responsable des tâches parentales. Lorsque la femme n’était pas disponible, l’homme avait tendance à déléguer une partie de la responsabilité, par exemple à des membres de la famille (13,3%). Lorsqu’on regarde les conséquences de ces modes de fonctionnement sur la relation de couple, la détresse psychologique des parents ou la performance au travail, les résultats sont relativement nuancés. Les approches les plus égalitaires ne se traduisaient pas toutes par une amélioration de la qualité de vie des femmes, par exemple. Les couples où la femme était entièrement responsable des tâches familiales demeuraient toutefois ceux où celle-ci était la moins heureuse et la moins performante au travail.

On aurait pu s’attendre à ce que la pandémie de COVID-19 fournisse aux pères une opportunité de se rapprocher de leurs enfants et de participer davantage à leur éducation. Or, même dans une situation où les parents étaient tous deux à la maison, la répartition des tâches semble s’être souvent faite de manière relativement traditionnelle. Cette recherche montre qu’on a encore du chemin à faire pour en arriver à l’égalité des sexes.

Commentaires