Blogue

Flux RSS

Leadership

Comment ne pas répondre à une question

Publié le 6 octobre 2020

Les leaders, dans les entreprises, sont une source d’information pour leurs collaborateurs qui cherchent à trouver un sens à ce qui se passe au travail. Cela les place souvent dans des positions difficiles où ils ne peuvent pas répondre à des questions parce qu’ils n’ont pas la réponse (comment l’entreprise composera-t-elle avec un nouveau confinement?) ou parce que celle-ci est confidentielle, touchant par exemple la situation personnelle d’un employé ou une décision qui n’a pas encore été finalisée ou annoncée. Sans compter qu’ils doivent parfois défendre des points de vue provenant de leurs patrons avec lesquels ils ne sont pas entièrement d’accord. T. Bradford Bitterly et Maurice E. Schweitzer ont publié un article dans Journal of Personality and Social Psychology qui devrait les aider à faire face à ce genre de défis professionnels.

Les chercheurs ont mené huit expérimentations où ils ont comparé différentes stratégies pour faire face à des questions embarrassantes. Ils ont trouvé que de refuser de répondre ou d’éviter la question en n’y répondant pas nuisait à la relation de confiance et donnait une mauvaise impression à ceux qui observaient la réponse. Mentir ou tergiverser créaient une impression positive à court terme, mais lorsque l’autre apprend qu’il a été trompé la confiance et le désir de travailler à nouveau ensemble diminuait fortement, ce qui en fait de mauvaises stratégies dans les relations de travail. L’approche qui fonctionne le mieux, selon eux, est de dévier la question en en posant une autre pour relancer la discussion dans une autre direction. Même lorsque le partenaire apprenait qu’il n’a pas obtenu l’information qu’il souhaitait, le bris de confiance semblait minimal.

Dans leur conclusion, les auteurs soulignent qu’il n’est pas naturel de détourner le sujet pour ne pas répondre à une question. Les gestionnaires qui désirent le faire efficacement auront donc avantage à se pratiquer, comme le font probablement les politiciens. Quant aux interviewers et aux négociateurs, ils ont avantage à se montrer attentifs à cette stratégie. Après tout, dévier une question montre que la personne préférerait éviter un sujet, une information intéressante en soi.

Commentaires