Blogue

Flux RSS

Leadership

L’impact du surplus de courriels sur le leadership

Publié le 25 mars 2019

Ceux qui ont connu le monde du travail avant l’arrivée des courriels se souviennent d’une époque plus calme où la majorité des communications n’était pas instantanée et où les cadres devaient traiter beaucoup moins d’information. Les communications électroniques comptent toutefois de nombreux avantages, et aujourd’hui plusieurs de mes clients se plaignent d’être dépassés par le rythme d’arrivée des messages dans leur boîte de réception. Rosen, Simon, Gajendran, Johnson, Lee et Lin ont mené une recherche qui a été récemment publiée dans Journal of Applied Psychology pour comprendre comment les demandes associées aux courriels ont un impact sur le comportement des leaders.

Ils ont sondé pendant 10 jours un groupe de 48 gestionnaires qui étudiaient à temps partiel dans un MBA exécutif. Ils ont trouvé que plus le temps exigé par les courriels était élevé, moins les gestionnaires avaient l’impression de pouvoir accomplir leur travail. En conséquence, ils avaient moins tendance à adopter des comportements associés à un leadership efficace comme de structurer la tâche de leurs employés ou communiquer positivement la vision de l’entreprise. Cet effet était particulièrement marqué pour les cadres dont le travail implique naturellement peu de communications électroniques, et pour ceux qui ont plus de difficulté à maintenir une discipline personnelle.

Dans leur conclusion, les auteurs rappellent aux organisations qu’elles doivent payer un prix pour les courriels qui empêchent les cadres de se consacrer à leur travail, ce qui est particulièrement vrai pour ceux qui ne sont pas supposés passer leur journée devant un ordinateur. C’est paradoxal, mais la communication peut nuire à l’efficacité si elle a moins de valeur ajoutée que la tâche que la personne devrait faire.

Commentaires