Blogue

Flux RSS

Personnalité

Le perfectionnisme est-il une qualité?

Publié le 17 décembre 2018

Certaines personnes pensent qu’en entrevue, lorsqu’on se fait demander un défaut, la meilleure réponse à donner est le perfectionnisme. Ils se disent que toute organisation voudrait un employé qui se fixe les plus hauts standards de qualité, n’est-ce pas? Harari, Swider, Bujold Steed et Breidenthal ont toutefois publié dans Journal of Applied Psychology un article qui conclut que le perfectionnisme amène clairement des problèmes mais peu d’avantages.

Ils ont mené une méta-analyse, soit une recension de toutes les recherches qui ont été publiées jusqu’à présent sur le perfectionnisme. Ils n’ont pas trouvé de relation entre le perfectionnisme et la performance en emploi (ρ=0,02) ou la performance à une tâche spécifique (ρ=0,00). En revanche, le perfectionnisme est corrélé avec l’anxiété (ρ=0,35), la dépression (ρ=0,32) et l’épuisement professionnel (ρ=0,21).

La recherche ne permet pas de conclure pourquoi le perfectionnisme n’est pas corrélé à la performance, mais les auteurs avancent quelques hypothèses basées sur des recherches précédentes : par exemple que les conséquences psychologiques négatives du perfectionnisme compensent pour ses avantages, ou que les gens perfectionnistes n’allouent pas leur énergie aux tâches qui ont le plus d’importance. Leur conclusion est toutefois claire : le perfectionnisme n’est pas une qualité qui devrait être encouragée chez les employés. Les gens qui se décrivent comme perfectionnistes devraient chercher des moyens pour en mitiger les impacts négatifs. Quant aux organisations, au-delà de bien communiquer les attentes, elles peuvent aussi créer une culture qui encourage l’expérimentation et laisse le droit à l’erreur.

Commentaires